• contact@og2m.com

Category ArchiveChampion

Laura Flessel : Quel Destin !

Depuis le 17 mai 2017, le monde du sport compte un nouveau ministre issu de ses rangs. LAURA  FLESSEL (Epouse Flessel-Colovic) a accédé au poste de  ministre des sports en France. Au moment de sa nomination, elle était très impliquée dans la construction de l’accueil des futurs Jeux Olympiques de 2024, que Paris venait de remporter haut-la-main.

Dame de caractère, à l’image de toute guadeloupéenne qui se respecte, cette championne au palmarès exceptionnel (et inégalé en France) a marqué de son empreinte le Sport mondial et sa discipline l’escrime (Elle pratiquait l’épée).  Enflammée et agressive en compétition,  Laura Flessel  est d’une gentillesse, d’une disponibilité et d’une générosité dans la vie de tous les jours. Grace à une hygiène de vie irréprochable, un courage et une ténacité exceptionnels, elle va connaitre une carrière hors du commun, performante et rentable. Elle réussit, en prime, le tour de force de conduire en simultané une vie de famille avec les contraintes de l’existence d’une sportive de haut niveau. Tout le monde a en mémoire ses titres glanés avec sa petite fille présente en tribune.

Laura Flessel en soutien à Nathan Wounembaina (Tours VB)

Femme engagée, elle s’implique dans de nombreuses causes. Intransigeante avec les principes et les règles, elle n’a jamais hésité à s’exprimer ni à se mobiliser pour des sujets essentiels. C’est ainsi qu’elle n’hésite pas à faire saisir la justice par son ministère, à peine installée, pour un dossier concernant l’ex-ministre des sports et Président en exercice de la fédération nationale de rugby. Elle apporte également son soutien en décembre 2017 au meilleur joueur du championnat national de volleyball, l’international camerounais Nathan Wounembaina, victime d’actes racistes lors d’un match de Coupe d’Europe en Grèce. Elle rend visite à ce dernier à Tours, en plein match de championnat, et s’entretient avec le joueur en tête à tête, sans protocole, dans le vestiaire de l’équipe.

Athlète à la valeur marketing inestimable, la commercialisation de son image va souffrir de son peu d’intérêt pour la people mania et sa grande réserve pour la chose de l’argent. Si un beau surnom lui sera attribué, celui de « la guêpe », elle va uniquement s’atteler à l’affirmer sur les sites de compétition. Plus encline à rendre service et à faire plaisir, la star mondiale du sport va peu ou mal exploiter l’exceptionnelle image positive qu’elle véhicule.

Admirablement, malgré  des opportunités financières « manquées » et sa retraite sportive entamée,  son destin, jusqu’à ce jour, ne souffre d’aucun obstacle dans son irrésistible ascension.

Elle manage désormais le destin du sport français, à un moment crucial, où des enjeux politico-financiers majeurs vont se jouer autour de l’organisation de Paris 2024.

Aux âmes bien nées . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AKONO Le Sorcier du Volleyball !

AKONO   Le Sorcier du Volleyball  !

Meilleur coach africain 2017 –  Team Cameroon – Volleyball

Un Manager performant et  discret . . .

Le 14 Octobre dernier, les Lionnes Indomptables du Cameroun sont devenues championnes d’Afrique de volleyball. Ces dames auront attendu 57 ans pour monter sur la plus haute marche de leur continent (53 pays). L’évènement s’est produit dans une atmosphère de quasi-hystérie puisque c’est le Cameroun qui abritait la compétition.

Joueur au charisme limité, Jean René AKONO réussit, dans la discrétion, à creuser son chemin au cœur de l’élite du volleyball camerounais. Recruté par un projet sans âme, l’éphémère club AMACAM VB, il le conduit au sommet du championnat du Cameroun. Propulsé capitaine, il apparait très vite comme le guide et le maitre tacticien d’un groupe de joueurs moyens, dont il réussit pourtant à tirer le maximum pour remporter plusieurs titres nationaux et participer à quelques compétitions internationales de clubs africains.

Des qualités de leader alliées à ses performances techniques individuelles lui permettent de gagner ses galons de « Lion indomptable » à la fin des années 1980. Champion d’Afrique  avec la Dream Team Volleyball du Cameroun (1989), il ne quitte plus la sélection nationale jusqu’à sa retraite en tant que joueur à la fin des années 1990. Sans vague et « malheureusement » sans éclat.

Coach  tranquille

C’est dans le même silence que démarre sa carrière d’encadreur professionnel. Au cœur du championnat de France, de  1999 à 2013, il dirige 5 clubs masculins, et connait 2 montées pour 2 descentes. Pour des durées maximales de deux saisons par club.

C’est en 2013 que son destin connait un tournant décisif : Il décide de retourner au cœur des lions indomptables ! Il est nommé conseiller technique pour la sélection nationale féminine senior et contribue à sa première qualification à un championnat du monde. Ce fait d’arme le fait nommer sélectionneur nationale des Lionnes Indomptables pour le rendez-vous mondial d’Italie 2014. La même année, il saisit l’opportunité de prendre en France les rênes d’un club professionnel féminin nouvellement créé (Bordeaux).

Il le mène très rapidement à l’accession en championnat élite où il le maintien depuis lors.

Avec les Lionnes indomptables, c’est le feu d’artifices en 3 ans ! Vice-champion d’Afrique en 2013, participation au championnat du monde (Italie 2014), vainqueur du tournoi de qualification olympique (2015), première participation à des jeux olympique en volleyball pour le cameroun (Rio 2016), Championne d’Afrique pour la première fois et devant leur public, et à suivre la participation assurée au prochain championnat du monde (Japon 2018) !

Manager  ou  Sorcier  ?

Comment ce Meneur si secret réussit-il à mener simultanément deux projets, l’un professionnel et national, l’autre international dans un environnement amateur, au contact d’athlètes et de dirigeants de nationalités diverses, en basculant de matchs nationaux à des rencontres olympiques, en menant des femmes aux cultures si différentes et aux caractères si affirmés, entre deux avions et hôtels, en étant physiquement à la fois présent et absent ?

Quelle alchimie a-t-il découvert qui lui permet d’exploser tous les compteurs du palmarès d’une nation quasi inconnue au niveau mondial du volleyball féminin ces 40 dernières années ? Quel discours a-t-il tenu à ses joueuses pour maitriser les enjeux de la compétition de haut niveau et  résister à la pression du public d’un pays où le football est une religion ? Comment a-t-il convaincu des professionnelles d’accepter de jouer sans recevoir leur primes avent la fin du tournoi dans un pays réputer pour ses problèmes de difficultés de paiement des ces  primes ? Quelles garanties a-t-donné à ses dirigeants pour qu’ils acceptent d’investir sur son projet comme ils ne l’avaient jamais fait pour une équipe féminine auparavant ?  Comment a-t-il convaincu ses dirigeants en club d’être avec l’équipe nationale à des milliers de kilomètres pendant que le club dont il est le coach joue en championnat élite ? Comment se fait-t-il que sa communication soit si faible au point que son nom soit si peu associé aux succès de ses équipes ? Sa discrétion a-t-elle aussi été un facteur déterminant dans son chemin vers le succès ?

A suivre . . .