La Coupe d'Afrique des Nations de Football  (CAN) s'est déroulé du 9 Janvier au 06 Février 2022. C'était la 33ème édition de l'évènement le plus populaire et le plus mondialement médiatisé de l'Afrique. Organisé tous les deux ans, l'édition 2021 a connu un report à 2022 en raison de la pandémie de COVID19.

Et c'est le Cameroun qui a accueilli ce rendez-vous prestigieux pour le pays organisateur, si mobilisateur pour les foules d'Afrique et des diasporas africaines de par le monde. Situé en Afrique Centrale, ce pays de 30 millions d'habitants est à la fois la locomotive des pays francophones et la référence absolue du football africain au niveau mondial. C'est cependant dans la douleur que le pays va préparer l'accueil de l'organisation, avec des difficultés multiples issues de contestations politiques internes, d'une fédération nationale de football en pleine implosion et de "tentatives de déstabilisations" de la part d'une direction de la confédération africaine en pleine mutation. Et c'est ce dernier point qui a donné jusqu'à la dernière minute des insomnies au comité d'organisation.

Le Cameroun obtient sans opposition l'organisation de la compétition en 2014. C'est un package qui lui est d'ailleurs accordé : CAN2016 pour les dames et CAN2019 pour les hommes. A ce moment là le Président de la Confédération Africaine de Football (CAF) est ISSA HAYATOU. Ce dernier, en poste depuis 26 ans, souhaite, avant de prendre sa retraite, voir organiser les compétitions phares de son organisation dans son pays natal. Et pour ce,  il pèse de tout son poids pour faire valider un dossier incomplet sur bien des aspects. Le principal maillon faible de l'attribution, qui va perdurer jusqu'à quelques jours de l'arrivée des équipes pour  l'édition de 2022, sera l'absence de signature d'une convention d'organisation entre la CAF et le pays organisateur. Une aberration qui va empoisonner la sérénité d'organisation entre les parties impliquées dans la réalisation d'un évènement sportif aux ramifications politiques, economiques et sociales sans équivalent en Afrique.
Là où la norme internationale recommande une séparation entre l’État (Caution institutionnelle et investisseur macro structurel) et le Comité d'organisation (Structure de gestion, déléguée et technique) le Cameroun va faire le choix du "tout État" pour constituer son comité d'organisation. Le ministre des sports va ainsi être désigné es-qualité comme Président du COCAN, cumulativement avec ses fonctions de membre du gouvernement . Ce choix, tout en se révélant une sécurité à toutes épreuves,  va influer sur le modèle économique des deux évènements (2016 & 2022) : 95% des coûts amortis sur le budget de l'Etat. Une quasi absence des acteurs économiques dans le montage et la réalisation du projet.

Il faut rappeler que la compétition masculine attribuée au Cameroun va connaitre deux reports successifs, ne contribuant pas à son attractivité pour les partenaires habituels de l'industrie de l'évènementiel sportif. Comment évoluer sereinement dans ces atermoiements pour un tour operator, pour un acteur du merchandising, pour la programmation médiatique, . . . Et pourtant le Cameroun va réussir son pari de deux CAN exceptionnelles de fraternités, d'implication populaire, de couverture médiatique inégalée, de présence d'observateurs internationaux, de sécurité assurée, de staffs disponibles et serviables, de moyens de transports en nombre et en qualité, de diversification géographiques de sites, de respect des normes environnementales, de sécurité sanitaire et d'offres services pour les supporters venus en nombre malgré la crise sanitaire.

Côté innovation, le Cameroun a impressionné par le nombre et par la qualité des infrastructures ultra moderne qu'il a offert aux participants de la compétition. Les médias ont bénéficié de centre de presse équipés des dernières technologies, et ce sur chacun des 6 sites. du jamais vu lors des 32 éditions précédentes. une barre infrastructurelles placée bien haute pour les prochains organisateurs !Autre innovation lors ce cette CAN 2022, c'est la multiplication des "Fans Zones" dans toutes les villes accueillant des rencontres de football. Chacune ayant sa spécificité et réussissant à faire le plein de visiteurs. Là aussi une première pour la CAN, que le COCAN de l'édition à suivre en cote-d'Ivoire a intégré dans son projet. La Côte d'Ivoire ayant animé sa Fan Zone dédiée  sur le site de Douala (Cameroun).

Au final, La CAF et le Cameroun ont fait franchir un palier au marketing de la CAN dans bien des domaines. Tout en offrant des perspectives d'explorations sur des aspects inexploités et des pistes à défricher. L'Afrique véritable marché émergent, est assurément un espace prometteur pour les enjeux à venir du Marketing sportif et évènementiel.

 

Ceremonie d'Ouverture

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.